Aller au contenu principal

Les VMC hygroréglables

Ce système d’aération procure un air sain et permet d’évacuer l’humidité pour assurer la pérennité du foyer. La ventilation mécanique contrôlée hygroréglable est un système de ventilation simple flux permettant de renouveler l’air ambiant aussi bien en logement neuf qu’en logement rénové.

  • Fonctionnement de la VMC hygroréglable
  • Installation d’une VMC hygroréglable
  • Avantages et inconvénients
  • Prix d’une VMC hygroréglable et de la pose

Le fonctionnement de la VMC hygroréglable

Le moteur du système de ventilation mécanique hygroréglable aspire l’air vicié afin de l’extraire hors du logement depuis les pièces d’eau – toilettes, cuisine, salle de bain... Ce procédé étant, l’air neuf pénètre le logement par les entrées d’air situées dans les pièces de vie – les chambres, bureaux et autres.

Une VMC hygroréglable a un débit de ventilation adapté à chaque pièce en fonction de son taux d’humidité. La régénération de l’air se fait selon les besoins, optimisant ainsi la consommation énergétique que ce soit pour le poste chauffage ou la consommation électrique du moteur.

Une VMC hygroréglable de type B, quant à elle, dispose de bouches d’aération dont les débits varient selon l’humidité de la pièce. Il faut savoir que la réglementation impose un fonctionnement continu de la VMC avec des débits d’air minimums en fonction du nombre de pièces. Cependant, ce débit est réduit dans le cas d’usage d’une VMC hygroréglable.

Installation d’une VMC hygroréglable

Il convient tout d’abord de placer les manchons des pièces techniques. Pour ce faire, on dessine préalablement une forme en suivant le contour du manchon, puis on découpe le staff ou autres matériaux. Après cela, on dispose les gaines isolées dans chacun des manchons.

On déconnecte ensuite l’alimentation de la VMC afin d’effectuer le raccordement du groupe moteur. On le trouve généralement accroché par une cordelette afin d’éviter les vibrations qui pourraient provoquer des nuisances sonores. Le raccordement électrique est basique.

On procède ensuite au découpage des gaines d’aération afin de les raccorder au moteur. Cependant, dans le cas d’un moteur dégageant trop de puissance, il serait judicieux de placer une gaine supplémentaire dans les combles ; cela permettra d’éviter la ventilation en intérieur qui provoquerait des déperditions de chaleur inutiles et parfois des nuisances sonores.

La gaine crée dans ce cas des pertes de charge supplémentaires. Pour finir, on place les bouches de ventilation selon la finition voulue.

Une VMC hygroréglable, avantages et inconvénients

La VMC hygroréglable est peu coûteuse, commode, efficace et nécessite peu d’entretien. C’est donc un bon choix, d’autant qu’elle comporte peu de contraintes d’installation, que ce soit en logement neuf ou rénové.

En cas de budget restreint, une VMC autoréglable peut s’avérer être une solution acceptable, mais uniquement en logement rénové – pour un avis technique, consultez notre page VMC simple flux. Pour un logement à haute performance énergétique, optez plutôt pour une VMC double flux.

Prix d’une VMC hygroréglable et de la pose

Si on parle du moteur seul, le prix avoisine les 170 € et peu atteindre les 260 € en basse consommation. Nous conseillons de ne pas installer un moteur hygroréglable si les bouches d’extraction et les entrées d’air ne sont pas elles-mêmes hygroréglables.

Estimer une VMC hygroréglable ne revient pas à s’arrêter à son prix. La VMC fonctionnant sans interruption, il convient également de vérifier sa consommation en électricité. Il faut aussi garder à l’esprit que la VMC hygroréglable basse consommation restera plus rentable qu’un modèle hygroréglable classique.

Ces systèmes de ventilation sont parfois vendus en kit VMC. Dans ce cas, le prix avoisine les 240 € et atteint 300 € en basse consommation.

A propos